All Posts By

Élodie

Voyage

Road-trip en Irlande

Comme vous le savez sûrement (j’étais tellement excitée que je crois en avoir parlé absolument partout autour de moi !), l’amoureux et moi avons passé trois semaines en road-trip en Avril / Mai, partagé à temps égal entre l’Irlande et l’Écosse. Ces deux destinations, j’en rêvais depuis des années, alors je vous laisse imaginer l’impatience que j’avais de les découvrir. Et même si je suis revenue en Allemagne depuis maintenant une semaine, j’ai encore du mal à atterrir et à me remettre dans mon quotidien tellement les images et l’atmosphère là-bas m’ont plu, et je n’ai qu’une hâte : partager tout cela avec vous !

J’ai choisi de diviser mon expérience en deux articles : un sur l’Irlande et l’autre sur l’Écosse. J’ai conscience que ça va peut-être faire des articles à rallonge et que j’aurais peut-être pu en faire plus, mais je ne veux pas non plus ne vous parler que de ça pendant des semaines, car j’ai encore beaucoup d’autres sujets que je voudrais aborder sur ce blog ! Voici donc la première partie : nos premiers 10 jours de voyage, à la découverte de Irlande 🇮🇪

Se rendre en Irlande

Il y a deux façons possibles de se rendre en Irlande : par la voie des airs ou celle de l’eau. C’est cette dernière que nous avons choisie avec l’amoureux, en embarquant sur le ferry Oscar Wilde de la compagnie Irish Ferries, trajet Cherbourg – Rosslare. Même si la traversée est longue (20 heures), elle s’effectue pendant la nuit et pour nous, ça avait le grand avantage que notre voiture soit aussi du voyage. Comme on voulait faire ce voyage sous la forme de road-trip, le coût du ferry était largement amorti par celui que nous aurions eu en louant une voiture sur place.

Attention par contre si vous voulez faire la même chose : soyez conscient que les Irlandais (comme les Britanniques) roulent à gauche, et que votre volant sera placé du mauvais côté. Mais ce n’est pas un si gros problème, d’ailleurs l’amoureux se sentait plus à l’aise avec sa voiture à lui que lorsqu’on avait loué une voiture avec le volant à droite en Afrique du Sud. La seule petite adaptation à faire est celle de la configuration des phares, qui se changent soit directement sur l’ordinateur de bord de la voiture (pour les récentes) ou par l’apposition d’un sticker (pour les plus anciennes) pour ne pas éblouir les autres conducteurs de nuit.

Cette première partie du voyage a été ma plus grande appréhension car je n’avais jamais voyagé sur un bateau avant, et j’avais très très peur d’être malade, surtout pour un voyage de 20h ! Mais au final, j’ai beaucoup aimé ce moment, particulièrement pouvoir observer la mer à perte de vue sur le pont, et même quand le ferry s’est mis à se balancer beaucoup plus en pleine nuit, je n’ai pas eu du tout la nausée, malgré que mon cerveau été très déstabilisé de ne pas pouvoir me faire marcher droit dans les couloirs.

Le Comté de Kerry

Après cette première aventure marine, il nous aura fallu trois heures supplémentaires en voiture pour rejoindre notre première étape, dans le Sud Ouest. Mais dès les premiers kilomètres nous étions déjà dans l’ambiance : les grandes plaines bien vertes remplies de moutons (et d’agneaux, car nous sommes arrivés peu après la saison des naissances), les routes très étroites qui nécessitent une attention de tous les instants car il y a de fortes chances derrière chaque virage de se retrouver face à un automobiliste arrêté, un mouton, ou encore des personnes âgées papotant au bord de la route … bref, bienvenue en Irlande ! Nous avons choisi de loger dans la ville de Killarney qui n’est certes pas la plus jolie de la région (quoi qu’elle se situe dans un très beau parc national) mais qui offre un point central pour pouvoir rayonner autour dans les nombreux endroits à visiter.

Les deux balades incontournables dans le coin sont le Ring of Kerry et la péninsule de Dingle : ce sont deux circuits d’un peu plus d’une centaines de kilomètres chacun, qui longent les côtes et passent par des endroits stratégiques historiques et touristiques. Nous avons fait ces deux circuits uniquement équipés d’une carte où nous repérions la veille les endroits que nous aimerions voir (à l’ancienne) pour nous permettre de prendre notre temps et de ne pas être restreint par un itinéraire précis. Ce qui m’a le plus surprise dans cette région, c’est l’alternance des paysages complètement différents : bois dense, plaines rocheuses ou vertes, falaises, … une vraie merveille pour les personnes aimant les grandes balades en pleine nature !

Où loger : nous sommes restés trois nuits à la Fuchsia House, un B&B cozy au charme un peu désuet, tenu par un jeune couple qui s’est mis littéralement en 4 pour nous proposer les meilleures sorties. Leur petit déjeuner maison est l’un des meilleurs que j’ai mangé en Irlande.

Où se restaurer : on ne va pas se mentir, pendant ces trois premiers jours, nous avons eu un temps de chien : du brouillard, du froid, de la pluie … ce qui nous a poussé à rechercher des pubs bien douillets pour manger le midi (et sécher nos imperméables). Un endroit qui m’a marqué, c’est le Fishermen’s Bar, à Waterville : un bar un peu caché dans une rue adjacente mais une super cuisine peu onéreuse, décoration cozy et une cheminée pour réchauffer nos doigts de pied engourdis !

Le Connemara

Mon guide du routard disait « le Connemara est comme une grosse éponge » et il ne pouvait pas dire plus vrai. Les paysages de cette région sont une alternance de tourbière et de lacs, avec quand on s’arrête au bord d’une route, il n’est pas rare d’y découvrir de minuscules cours d’eau qui se faufilent un peu partout. C’est la région que j’ai préférée en Irlande, car elle dégage quelque chose de sauvage et mystérieux à la fois. Le genre d’endroits où on s’attendrait presque à voir une petite fée surgir de derrière chaque arbre ou muret en pierre. Nous n’avions prévu qu’une journée entière dans notre road-trip pour cet endroit (et j’avais failli annuler l’étape au dernier moment, malheureuse que je suis !) mais si c’était à refaire, j’y resterais bien plus longtemps !

Le temps étant meilleur, nous avons profité pour faire de la randonnée là-bas, en particulier dans le parc national du Connemara. L’entrée y est gratuite et les chemins balisés, ce qui est fort pratique pour ne pas se retrouver à marcher dans la tourbière par accident (ce que personne ne veut, on est d’accord). Cette étape a été essentielle pour moi pour déconnecter, en plein milieu de cette nature préservée, pouvoir s’arrêter n’importe où pour se poser et écouter la nature autour de nous, savoir qu’ici nous ne sommes pas chez nous mais chez elle.

Où loger : nous avons passés deux nuits au B&B Rockmount House, une maison toute simple et à 5 minutes de route de Clifden mais qui se situe directement sur la fameuse Sky Road qui longe les falaises, avec vue sur la baie de notre chambre. La propriété a aussi un chemin privé qui mène aux falaises. Si vous voulez séjourner dans la région, je vous la recommande !

Où se restaurer : à Clifden, nous n’avons mangé qu’à un seul endroit tellement il nous a plu : le Guys’ Bar, un pub avec une façade peu engageante mais qui vaut tellement le coup une fois à l’intérieur : ambiance cozy, vraie cuisine végétarienne à la carte et musiciens certains soirs !

Dublin

Je ne sais pas si c’est car le temps n’y étaient pas très clément, si c’est parce que j’étais malade (un bon coup de froid que je trainais depuis le Kerry mais qui s’est intensifié pendant les trois jours dans la capitale), mais j’ai l’impression de ne pas avoir apprécié Dublin autant que ceux qui me l’avait recommandé.

Pourtant cette ville a un charme certain : elle est animée, culturelle (avec beaucoup de musées, bibliothèques, …) et je suis sûre que c’est une ville dans laquelle il y fait bon vivre pour les personnes qui aiment les environnements citadins et dynamiques. Mais ni moi ni l’amoureux n’avons eu de gros coup de coeur.

Nous en retirons néanmoins de beaux souvenirs , et il y a des endroits de cette ville que j’ai particulièrement aimé : le parc Saint Stephen’s Green, le Trinity College, surtout pour son énorme bibliothèque ancienne qui sent bon le vieux papier, la bibliothèque Cheaster-Beatty, et à quelques kilomètres au sud de la ville, la vallée de Glendalough avec son ancien monastère, cimetière et ses sentiers en forêt.

Où loger : nous avons passés trois nuits à l’hotel Sandymount, un établissement qui était bien placé, certes, mais qui n’a pas été non plus (décidément) un gros coup de coeur pour moi.

Où se restaurer : Un restaurant que j’ai particulièrement aimé, c’est le Hatch and Sons. Il se situe à côté du parc Saint Stephen’s Green, en sous sol d’une jolie maison. La carte est courte, la nourriture simple (soupes, sandwiches et patisserie maison) et le décor m’a fait pensé à la cuisine de ma grand-mère : tables en bois, couverts vintages et dispâratres, et un fourneau central à l’ancienne.

Belfast

Cette étape d’une journée, je la souhaitais pour des raisons historiques plutôt que pour voir des belles choses. Mes connaissances sur l’histoire britannique se résument qu’à la section du Routard sur ce sujet ainsi qu’à la série Outlander, je ne voulais donc pas rater cette occasion en or d’en connaître un peu plus sur les lieux même du conflit Nord Irlandais. Nous avons donc réservé une visite guidée de la ville, et avons eu la bonne surprise de nous voir expliquer cette période par quelqu’un qui a vécu les faits étant enfant / adolescent et dont le travail actuel est médiateur entre les deux communautés, qui quoi que pacifistes maintenant, existent toujours.

Je recommanderais d’ailleurs aux personnes qui visitent la ville et sont intéressés par son aspect historique de faire une telle visite guidée, car beaucoup des endroits importants pendant le conflit n’existe plus aujourd’hui, à peine commémorés par de minuscules plaques lorsqu’ils n’ont pas tout simplement disparu, effacés des rues mais non des mémoires. Notre guide avait sur lui un iPad avec des photos d’époques, qui nous ont aidés à nous remettre dans le contexte d’époque.

En bons touristes, nous avons passé l’après-midi au Titanic Belfast, le musée / monument commémoratif dédié au célèbre bateau et à son naufrage, mais pas seulement : la première partie de la visite est dédiée au Belfast de l’époque et à la vie de ses habitants. Malgré que le ticket soit un peu cher, je pense que ce temps a été très bien investi, d’autant plus que, surprise, il pleuvait ce jour là 😉 !

Où loger : j’étais un peu dubitative quand j’ai vu que mon guide du Routard conseillait de réserver au Holiday Inn de Belfast, car je n’avais pas toujours entendu du bien de cette chaîne. Mais je confirme : celui de Belfast est vraiment top, c’est ici que nous avons eu le meilleur lit de notre voyage, il est extrêmement bien placé, et a un partenariat avec le parking d’en face, accessible pour 8€.

Où se restaurer : à deux pas de cet hôtel se situe le bar The Crown Liquor Saloon, l’un des plus vieux bars de Belfast. Il faut s’armer de patience pour obtenir une place au comptoir ou dans un box car le bar est victime de sa popularité, mais le décor vaut tellement le détour. Ils assurent aussi la restauration à l’étage, quelques plats peu onéreux mais une cuisine tout à fait honnête !

Ce que je retiens de cette visite

Je pense que vous l’aurez compris, j’ai adoré l’Irlande ! J’avais un peu peur d’être déçue car, quand on attend quelque chose avec impatience depuis plusieurs années, c’est toujours un risque de l’idéaliser mais ce ne fût pas le cas. J’ai trouvé en Irlande des paysages magnifiques, des gens chaleureux, une histoire et un folklore vraiment fascinant.

Je crois que je n’ai jamais autant mangé de porridge qu’en Irlande (c’est déjà mon petit déjeuner préféré alors là-bas où il est servi dans chaque hotel ou B&B, j’étais heureuse !) et autant de soupes, car c’est un classique de la cuisine de pub, la fameuse soup of the day servie avec du brown bread (une merveille), souvent le plat le moins cher de la carte mais garanti de saison, qui rassasie bien et réchauffe après une randonnée dans le froid !

Et en parlant des pubs, c’est vraiment une partie de la culture irlandaise que j’ai appréciée, non pas pour les boissons qui y sont servies (je ne bois quasiment jamais d’alcool, mais j’ai fait une cure de chocolats chauds avec marshmallows) mais pour leurs ambiances et leurs atmosphères chaleureuses. La nourriture y est en général peu chère mais très gourmande, donc pour les budgets les plus restreints, c’est un très bon plan. Et nous avons plusieurs fois pu y écouter jouer en live des artistes locaux, cela restera un de mes plus beaux souvenirs ♡

Ce que j’aurais fait différemment

Comme je vous le mentionnais plus haut, je pense que j’aurais passé plus de temps dans le Connemara, car c’est la région qui m’a le plus plue. Comme nous n’avons pas visité le nord-ouest du pays (qui comprend la fameuse Chaussée des Géants), je pense que cela pourrait faire une bonne idée pour un second séjour dans ce pays, en cumulant ces deux régions.

J’aurais aussi définitivement pris plus de vêtements chauds, ma valise manquait d’un ou deux pulls épais et je n’aurais pas non plus dit non à un leggings anti-froid. J’avais heureusement pris quelques paires de chaussettes d’hiver, elles sont devenues mes meilleures amies pendant ce séjour. Leçon apprise : ne pas sous-estimer les clichés, il fait vraiment froid au printemps irlandais !

Enfin, j’aurais du emmener du répulsif à insectes et un tire-tique. Cela peut sembler bête mais je n’avais pas pensé que dans un pays avec tant de moutons, il pourrait possiblement y avoir des tiques (et pourtant je viens de la campagne, honte sur moi), et j’en ai attrapé une le premier jour … heureusement pas d’infection mais je n’ai pas fait la maligne sur le coup. Et au final, ça fait des anecdotes à raconter : ayant demandé au propriétaire du B&B de Killarney si il avait un tire-tique (qu’il n’avait pas malheureusement), il a passé 20 minutes avec nous ce soir là à regarder des vidéos Youtube pour élaborer la meilleure tactique pour retirer en toute sécurité cette petite bête de mon mollet, avant de me proposer de désinfecter … avec du whiskey ! Et il nous a même offert le reste de la bouteille pour nous remettre de cette aventure. Nous n’avons décidément rencontré dans ce pays que des gens adorables !

Merci de m’avoir lu.

Et vous, avez vous déjà visité l’Irlande ? Ce pays vous attire-il ?

Voyage

Voyager léger pour 3 semaines

Malgré ce que mon status d’expatriée pourrait faire croire, je n’ai pas beaucoup voyagé jusqu’à présent. J’ai pris l’avion (ainsi que le train) pour la première fois à 21 ans, et je n’aurais pas fait ce premier voyage au Canada si ce n’avait été pour des raisons professionnelles. J’ai vu l’Allemagne pour la première fois à 23 ans (raison professionnelle également), y ait déménagé à 24 ans, et mon premier vrai voyage était finalement l’année dernière, quand j’ai visité l’Afrique du Sud. Mais si maigre soit mon expérience des voyages, j’ai toujours voulu en voir plus, visiter, découvrir de nouvelles cultures, …

Ce nouveau voyage qui arrive bientôt me fait réaliser deux rêves de longues dates : voir l’Irlande et faire un road trip. J’ai toujours été attirée par la culture celte, leurs légendes, leurs paysages où la lande semble s’étendre à perte de vue. Et petite anecdote mignonne : quand nous nous sommes connus avec l’amoureux, une des premières choses que nous avons fait a été de faire une bucket list, c’est à dire une liste de toutes les lieux que nous voulons voir ou choses que nous voulons faire dans notre vie, faire un road trip en Irlande était une chose que nous avions en commun.

Alors après notre mariage, on l’a finalement mis à exécution, ce projet de road trip. Mais entre temps, une autre destination dans les environs avait commencé à faire du chemin dans mon esprit, celle de l’Écosse, avec ses lacs, ses Highlands, … quand j’en parlais à l’amoureux, il me répondit : « Mais pourquoi choisir ? Pourquoi ne pas faire les deux tant qu’à traverser la manche ? ». C’est de cette façon que nous nous sommes retrouvés avec un projet de voyages de trois semaines, avec cinq étapes en Irlande, trois étapes en Écosse et une petite dernière en Angleterre, et un départ le 21 Avril prochain.

Si il y a une chose que mes voyages m’ont appris sur moi même, c’est qu’à la maison comme en voyage, j’aime ne m’entourer uniquement de ce qui m’est nécessaire. Aussi, même si j’aurais pu prendre plusieurs valises car nous voyageons tout du long avec notre voiture (nous prendrons le ferry en France), j’ai décidé de me donner comme challenge de faire tenir toutes mes affaires dans un sac de randonnée (appareil photo reflex à part dans son sac de transport). Nous ne partons pas si loin, et cela reste l’Europe, aussi je me dis que si quelques trucs me manquent, ce n’est pas un drame. Voici donc ma liste pour ma valise de 3 semaines :

Vêtements :

  • deux jeans (+1 sur moi au départ)
  • une dizaine de débardeurs
  • 4 gilets ou pulls
  • 4 t-shirts manches longues
  • des chaussettes et sous vêtements
  • deux pyjamas
  • une veste imperméable à capuche
  • une grosse écharpe
  • une paire de converse
  • une paire de chaussures de randonnées
  • une paire de sandales

Cosmétiques :

  • un savon de Marseille et un shampoing solide
  • un peigne en bois et quelques élastiques
  • un hydrolat + cotons lavables
  • une éponge konjac
  • une huile de jojoba + huile de coco
  • un pot d’aloes vera
  • un déodorant
  • une brosse à dent + dentifrice
  • un oriculi
  • un petit nécessaire à lentilles de contact
  • une mini trousse de premiers soins
  • une protection solaire

Accessoires :

  • mon iPhone 6 + son chargeur
  • des écouteurs
  • mon Canon EOS 750D + 2 cartes SD
  • un adaptateur secteur universel
  • deux guides de voyage (Irlande et Écosse)
  • un roman
  • un tote-bag
  • un sac à dos de randonnée
  • des lunettes de soleil
  • une gourde
  • des barres de céréales
  • mon bullet journal + quelques stylos

Il devrait faire entre 10 et 20 degrés tout au long de notre séjour, ce qui explique que mon sac contiendra pas mal de gros vêtements mais aucun short ou maillot de bain (mes jeans peuvent au cas où se muer en pantacourt si il fait chaud mais je n’y crois pas beaucoup). Vous remarquerez que j’ai tout de même prévu de prendre une protection solaire, mon enfance en Normandie m’a appris que même sous un ciel tout nuageux, on n’est pas à l’abris des coups de soleil !

Voici quelques astuces que j’utilise pour gagner de la place :

♡  comme vous pouvez le voir dans la liste, je prend beaucoup de produits cosmétiques solides et réutilisables. Plus petits, plus légers, ils sont aussi plus sûrs pour le transport (pas de liquides qui peuvent potentiellement se répandre sur le reste).

♡  pour les cosmétiques qui sont obligatoirement sous forme liquide (huile, aloes vera, …), je les déverse dans des bouteilles ou pots en petit formats qui me font gagné beaucoup de place.

♡  je n’emporte pas de maquillage, je l’ai fait dans mes précédents voyages mais ne m’en suis jamais servi.

♡  je plis mes vêtements selon la méthode Konmari pour ensuite les répartir dans plusieurs pochettes que l’on peut plus facilement caser dans le sac à dos.

♡  je privilégie les produits multifonctions, quelques exemples : le savon de Marseille pour laver des vêtements si petit accident, l’huile de jojoba en démaquillant et hydratant.

Merci de m’avoir lu.

Et vous, voyagez-vous léger ou tel un escargot, avec votre maison sur le dos ? ^^

Quotidien

Un air de printemps

Pour lire cet article, imaginez vous sur un balcon, les rayons du soleil qui chauffent votre peau, les oiseaux qui chantent, l’écho lointain des jeux des enfants dans le parc à quelques rues de là. Car c’est dans ces conditions que je vous écris aujourd’hui, la grisaille ayant subitement fait place à un beau soleil digne d’un mois de Juin dans le sud de l’Allemagne. J’en ai profité pour m’installer avec mon ordinateur à l’extérieur, car cette atmosphère me fait beaucoup de bien, et aussi pour y chercher l’imspiration.

Car malgré que je sois plutôt une fille d’automne et d’hiver (je ne supporte pas les températures trop hautes), au bout de plusieurs mois sombres et froids, j’accueille le printemps avec beaucoup d’enthousiasme. Si enthousiaste que j’ai ressorti les pantacourts et les sandales un petit peu trop tôt, et j’ai du faire demi tour quelques fois cette semaine avant d’aller au travail pour m’habiller plus chaudement. Mais cela ne m’a pas empêché, avec quelques précautions, de recommencer certaines activités typiques de cette saison.

Il y a deux semaines, je commençais déjà les premiers semis pour notre « jardin ». Je met ce mot entre guillemets car nous vivons avec l’amoureux dans un appartement, et je n’ai guère qu’un mètre carré ou deux réservés sur notre balcon pour m’adonner à ma passion pour le jardinage. Des tomates, des tournesols comme les années précédentes mais aussi des petites nouveautés cette années comme des pois de senteurs et des radis sont venus garnir nos appuis de fenêtre, dans des petits pots, pour l’instant. J’aime cultiver des plantes assez grandes car, outres leurs jolies fleurs et fruits, elles nous protègent un peu des regards du voisinage. J’ai cette année aussi planté un pied de sauge et de thym, car j’utilise de plus en plus ces deux plantes pour soigner les petits maux du quotidien.

Avec l’amoureux, nous avons aussi entamé un grand tri de l’appartement, après une trêve hivernale. Chez nous, ce qui s’accumule pas mal, c’est le matériel informatique (nous sommes tous les deux dans ce métier, ce qui n’aide pas). Motivés, nous avons tout sorti des placards pour faire le bilan. Résultat : deux sacs de câbles inconnus, casques audio cassés, batteries, … sont partis au centre de tri et nous avons mis de côté plusieurs appareils pour être vendus ou donnés. Je n’étais pas très fière de cette accumulation mais cela fait du bien de savoir tout cela parti, et cela nous a fait gagné un peu de place bien précieuse.

Petit à petit, nous progressons vers un mode de vie plus minimaliste, par goût pour les intérieurs épurés comme par nécessité : notre appartement n’est pas très grand mais les prix de l’immobilier en Allemagne Sud sont tels ces derniers temps que nous avons un peu repoussé nos souhaits de déménagement. Tout en sachant que je ne pourrais pas vivre en mini-maison, c’est un mode de vie qui m’inspire beaucoup au quotidien, et je fais des efforts pour ne m’entourer que de choses utiles que j’aime. Avec le temps, tout cela devient de plus en plus facile et c’est un vrai gain de temps et baume au moral que de n’avoir que ce dont on a besoin autour de soi.

Cette année, j’avais une autre bonne raison d’attendre Avril avec impatience, car à partir du vendredi 20 nous partirons pour 3 semaines en road trip, avec quatre étapes en Irlande, trois en Écosse et une petite dernière dans le sud de l’Angleterre. Ce voyage, nous le préparons depuis des semaines et je trépigne d’impatience d’y être. Aussi loin que je me rappelle, j’ai toujours voulu visiter ces pays, et j’espère en ramener des tas de jolis souvenirs (si tant est que je veuille bien en rentrer !).  Comme pour mon dernier séjour en Afrique du Sud, j’ai hâte de pouvoir vous montrer tout cela ici, quelques articles viendront avec moult photos et recommandations !

Merci de m’avoir lu.

Et vous, comment se passe votre début de printemps ? Avez vous déjà quelques activités de prévus ?

Quotidien, Voyage

Expatriée

Au cours des conversations que je peux avoir avec les personnes qui m’ont connu alors que je vivais en France, je sens parfois comme un décalage, une incompréhension. De fait, l’expatriation est, la plupart du temps pour eux, une grande inconnue. Continue Reading

Quotidien

Podcasts #1

Ma passion pour les podcasts, tout comme celles pour les livres audios, ne datent pas de très longtemps. Au départ, c’est venu d’un constat : entre mes temps de trajets, le temps au bureau, celui que je passe sur le blog, … il ne me restait plus beaucoup de temps pour lire, découvrir, me documenter, et cela me pesait beaucoup. Continue Reading

Bonheurs

Les bonheurs de Janvier

Ne plus partir au travail le matin de nuit, fini cette impression oppressante de métro / boulot / dodo quand le seul moment où on voit le soleil dans la journée, c’est à travers les vitres du bureau. Continue Reading

Quotidien

Reprendre le rythme

Je pense que la reprise après les fêtes est en général l’un des moments de l’année les plus compliqués pour moi. Cette année encore, j’ai vraiment du mal à me remettre dans le rythme, mais je ne suis visiblement pas la seule si je me fis à ce que j’entend autour de moi. Même Litchi, qui pourtant est toujours au rendez-vous pour me réveiller le matin, a mis une bonne semaine avant d’arrêter de me fusiller de ces petits yeux endormis quand mon réveil s’est remis à sonner à 6h45, comme à son habitude. Continue Reading

Quotidien

Promenade à Heidelberg

Depuis l’été 2015, je vis en Allemagne. Plus précisément à Heidelberg, ville à l’allure un peu médiévale, dans le sud-ouest de l’Allemagne. La première fois que j’ai visité cette ville en 2014, je me rappelle m’être dit « chanceux ceux qui vivent ici ! » mais j’étais à des années lumières de me dire qu’un an plus tard, presque jour pour jour, je compterais parmi ses habitants …

Continue Reading

Quotidien

La magie de Noël

Noël arrive à grand pas, et à cette occasion, je voudrais faire un article un peu spécial, non pas sur les choses que je souhaiterais recevoir à Noël (je ne demande pas grand chose, de toute façon) mais sur toutes ces petites choses qui me mettent en joie pendant cette saison de l’Avent. Et qui sait, peut-être que vous pourriez ajouter les vôtres en commentaires ? ❆

Continue Reading

Quotidien

Inspiration d’hiver

Sans être ma saison préférée, l’hiver est une période que j’apprécie particulièrement et qui m’inspire beaucoup. Après cet automne agité, avec les préparations de notre mariage, je ressens vraiment le besoin de prendre du temps pour moi, de ralentir et de me recentrer. Et quoi de mieux pour cela que cette saison si propice à l’introspection ? Continue Reading