Browsing Category

Quotidien

Quotidien

Mes remèdes naturels #1

2 septembre 2018
Huiles essentielles

À la maison, nous n’avons quasiment pas de médicaments. Pourtant je n’aurais jamais cru en arriver là un jour vu que je suis le genre de personnes à attraper le moindre virus qui traîne (et ça depuis toute petite) et il y a quelques années, j’avais encore un bon stock à la maison. Le changement a commencé quand je suis arrivée en Allemagne en fait : je ne veux pas faire de généralité en disant que les français consomment plus de médicaments que les allemands, mais je pense plus que dans mon cas, je suis passée d’un médecin en France qui prescrivait beaucoup de médicaments à une médecin en Allemagne qui a plus la philosophie de laisser le corps se défendre en l’aidant avec des remèdes naturels (en général, elle prescrit des médicaments uniquement quand elle ne peut pas faire autrement, en cas de maladies requérants des antibiotiques, par exemple).

Mon premier hiver en Allemagne, j’ai évidemment attrapé quelques virus d’hiver et les premières fois que j’ai été soignée de cette façon là, j’ai mis beaucoup de temps que d’habitude (trois semaines environ) pour m’en remettre. Je me sentais très faible et fatiguée, car je pense que mon corps n’était plus habitué à se battre de front avec les virus. Depuis, mon corps arrive de mieux en mieux à se défendre et j’ai été, je pense, moins malade par la suite. Par contre, cela m’a obligé à changer mon rapport avec la maladie : au lieu de prendre des médicaments pour supprimer les symptômes et aller bosser, j’ai commencé à plutôt accepter les symptômes et à m’écouter, me ménager et rester au chaud si possible (j’ai aussi la chance de faire un travail qui peut s’effectuer en télétravail, ce qui me facilite bien les choses).

J’ai au fur et à mesure appris à utiliser les produits naturels pour aider mon corps de manière douce. Et ce sont bien ceux-ci que je voulais partager avec vous aujourd’hui, alors que l’automne arrive bientôt à nos portes, annonciateur de la saison des petits maux.

Erratum : les remèdes présentées dans cet article sont bénéfiques pour les petits maux du quotidien. En cas de maladie ou d’inconfort sans amélioration durant plus de trois jours, ou s’accompagnant de symptômes alarmants (comme de la fièvre), je vous encourage fortement, comme je le fais, à aller consulter un médecin.


La lavande

Si vous me suivez sur Instagram, vous m’avez surement déjà entendu parler de lavande, tant c’est une plante que j’adore. Mon déodorant sent la lavande, ma crème de jour également. C’est ma plante doudou, si bien que j’en prend toujours une bouteille d’huile essentielle en vacances pour en mettre sur mon oreiller à l’hotel pour me sentir bien.

Mais outre pour en apprécier l’odeur, j’utilise l’huile essentielle de lavande également à des fins curatives. Premièrement en cas de piqûres de moustiques, car ces petite bêtes ont l’air de particulièrement m’apprécier. Et faute de pouvoir les empêcher de me piquer, une goutte HE de lavande sur la piqûre m’aide beaucoup à atténuer les démangeaisons grâce à ses propriétés antalgiques, c’est magique.

Le second effet sympa de la lavande, c’est son effet calmant. J’en utilise avec de l’huile de coco en massage sur mes jambes quand elles sont lourdes après 8h en position assise dans un bureau (souvent surchauffé, le combo gagnant). Évidemment, bouger est un des meilleurs moyens pour éviter ça, mais il y a des journées où c’est plus difficiles que les autres de prendre des pauses, et dans ces cas là, la lavande est ton amie !

Le thym

Voilà une super plante dont j’ai découvert les propriétés plutôt récemment par rapport aux autres citées dans cet article. C’est peut-être parce que, de base, ce n’est pas un goût que j’aime beaucoup et je n’en avais jamais dans ma cuisine (contrairement à maintenant où j’en ai même dans mon jardin !). 

Le thym est génial pour dégager les sinus et les bronches, et soulager la toux, le nez qui coule, … bref tous les symptômes qui nous ennuient bien lorsque l’on a attrapé un bon rhume. Avec ses vertus antivirales, antimicrobiennes et antiseptiques, il est devenu mon meilleur ami en hiver, en inhalation ou en tisane (et j’ai même fait la paix avec son goût bizarre).

La sauge

Vous connaissez le dicton « qui a de la sauge dans son jardin n’a pas besoin de médecin » ? Moi c’est surtout pour son goût dans les pâtes que j’en ai planté à la base sur mon balcon, avant de découvrir ses propriétés. Le dicton a raison : la sauge est bonne pour beaucoup de choses mais la façon dont je l’utilise surtout, c’est en cas de mal de gorge (sur conseil de mon médecin, à la base).

J’ai déjà lu et entendu plusieurs fois que la sauge aide aussi beaucoup en cas de crampes menstruelles, mais je ne peux pas vous le confirmer car j’utilise une autre plante à ses fins. La camomille est aussi une super plante aux propriétés calmantes, que j’utilise pendant cette période de quelques jours avant mes règles où j’ai souvent des crampes, mais aussi des maux de tête et où je peux être facilement irritable !

Le miel de Manuka

Enfin, ce dernier remède, je le tiens de l’amoureux (ou plus exactement de la maman de l’amoureux) car je ne connaissais pas le miel de Manuka avant de venir vivre en Allemagne. Dans leur famille, ils l’utilisent surtout pour soigner les petits virus d’hiver, dès l’apparition des premiers symptômes. Depuis, j’ai aussi découvert que l’on peut l’utiliser sur la peau, en tant que soin cicatrisant, et j’en utilise en masque quand j’ai des poussées d’acné.

Contrairement à tous les autres plantes citées précédemment, le miel de Manuka est un produit assez cher (en Allemagne, ça dépend des marques mais on tourne environ au 20€ les 100g) du coup, le petit rituel ici c’est qu’on en reçoit toujours un pot pour Noël, qui nous dure toute l’année. C’est devenu l’un de nos indispensable, si bien qu’on l’avait même emmené avec nous en Irlande (où il nous a bien servi).


Merci de m’avoir lu aujourd’hui, j’espère que cet article vous a plu, et si c’est le cas, je reviendrais bientôt avec d’autres articles du même style pour vous partager d’autres astuces naturelles ! En attendant, la parole est à vous : avez vous aussi des petits remèdes maison qui vous aident au quotidien ?

Quotidien

Ces achats que je regrette le plus

8 août 2018
Les choses que j'ai regretté avoir acheté

Sur mes réseaux sociaux, je vous parle de plus en plus de minimalisme et de simplicité volontaire, car c’est vraiment un truc qui fait écho en moi en ce moment, qui m’inspire. Vivre avec moins de choses m’aide beaucoup à avancer au quotidien, c’est vrai, mais d’un autre côté, je trouve justement justement qu’on a tendance à ne montrer que le beau et ce qui va avec notre discours sur nos réseaux, alors que la vraie vie est beaucoup moins parfaite. Donc qu’on se le dise : même si je tiens ce discours, je suis très loin (mais alors très loin) d’avoir un comportement impeccable vis à vis de ma consommation.

C’est pourquoi j’avais envie de faire un article aujourd’hui un peu plus centré sur mes fails personnels, sur ces choses que je regrette avoir acquises, des achats sur un coup de tête ou pour suivre les tendances. 

Certains éléctroménagers

Alors pour commencer par le pire, la chose que je ne peux plus voir en peinture dans ma cuisine, c’est ma machine à café à dosettes. Outre le fait qu’elle prend beaucoup de place sur le plan de travail, on ne s’en sert jamais (sauf quand je dis que je veux la virer, l’amoureux s’en sert pendant quelques jours pour dire « mais si regarde on en a l’utilité » car il y tient à sa satané machine). Ça produit un maximum de déchets, c’est coûteux à entretenir (entre le calcaire à nettoyer, les filtres à changer, …) et en plus ça ne fait même pas du bon café, qui n’est même pas biologique ! Bref, au bûcher la machine à café !

Celui ci ce n’est pas moi qui l’ait acheté mais l’amoureux : je regrette qu’on ait un micro-onde. C’est vraiment un objet qui me sert de moins en moins, je l’utilise par flemme en fait quand je ne prend pas le temps de faire les choses correctement. En plus, je trouve vraiment que les plats réchauffés au four ou sur les plaques ont plus de saveur. Si on déménage, c’est vraiment un objet dont j’aimerais me débarrasser.

Dans les objets sur la sellette, il y a aussi notre toaster : on l’a remplacé quand le précédent a rendu l’âme l’année dernière, mais vu qu’entre temps on a arrêté d’acheter du pain de mie (un emballage plastique en moins), on n’en a plus l’utilité. C’est un autre objet auquel l’amoureux est attaché (il est moins minimaliste que moi, vous l’aurez compris, hein ?), donc on va encore le garder pour quelques temps et voir si on y trouve une autre utilité (si vous avez des recettes, je prend).

Ma robe de mariée

C’est peut-être la chose qui va surprendre le plus de monde ici mais oui : je regrette l’achat de ma robe de mariée, et je suis toujours indécise si je veux la garder ou la revendre. J’ai adoré porter cette robe (en plus j’ai eu la chance de la porter deux fois), mais maintenant elle est dans le placard, dans sa housse, toute triste, et je suis à 100% sûre que je ne la remettrais jamais. La raison pour laquelle elle est toujours là, c’est que je regrette de n’avoir jamais pu voir en vrai la robe de ma grand-mère (qui a été transformée en d’autres habits). Mais maintenant que je vois cette robe suspendue dans mon armoire, je me dis que ça n’en valait vraiment pas le coup et que j’aurais du en louer une plutôt que d’acheter.

Une autre chose que je regrette, c’est d’avoir acheté des chaussures exprès qui, étant blanches, ne vont avec aucune de mes autres tenues. En plus, je ne garde pas un super souvenir de les avoir porté : le jour de mon mariage, j’ai fini pieds nus car elles m’avaient provoqué de grosses ampoules. Et le jour de la célébration en France, je les ai carrément oublié en Allemagne, et j’ai emprunté une paire de baskets appartenant à ma soeur ! Et la robe étant longue, les personnes présentes n’y ont vu que du feu … au bûcher, les chaussures qui font mal !

Des patins à roulettes

Acheter des choses qui sortent de l’ordinaire quand cela ne va pas bien dans sa vie, c’est parfois une bonne idée, parfois moins. La rupture de ma relation avant celle avec l’amoureux a été assez dure psychologiquement, et j’ai eu quelques mois où j’ai eu un petit syndrome de « fièvre acheteuse ». À cette époque, vu que j’avais toujours voulu apprendre à en faire, sur un coup de tête, je me suis dit « tiens mais ça serait une super idée d’aller s’acheter des patins à roulettes, dis donc ! » et j’en ai acheté une paire (qui était assez chère en plus !) que j’ai du les porter une fois ! Je les ai déménagé avec moi en Allemagne car ça m’embêtait de me séparer d’un objet qui a été coûteux et qui symbolisait un peu mon indépendance vis à vis de ma relation qui se terminait, mais même là, je suis ici depuis trois ans et je ne les ai jamais chaussé. Je pense que maintenant est le temps de l’amener à une boutique de seconde main.

La plupart de mes cosmétiques

Depuis que j’ai arrêté la pilule, je vous en avais parlé ici, j’ai eu malheureusement beaucoup d’acné. Et avec tous ces conseils dits « miracles » que l’on peut trouver sur Internet, j’ai dépensé beaucoup d’argent dans des crèmes, sérums et autres toniques censés sauver ma peau. Spoiler : rien n’a vraiment fonctionné et j’ai du en jeter beaucoup, même des tubes quasi pleins. Depuis peu, j’ai aussi réalisé que tout cela était en plus contre productif pour ma peau : étant sensible, la majorité des produits contre l’acné l’irrite, mais étant mixte, les produits pour peau sensible sont trop lourd. C’est grâce à l’article de Célia qui m’a ouvert les yeux que j’ai réussi à lâcher prise par rapport à ma peau, à plus m’écouter. Si vous êtes face au même problème, je vous le recommande absolument.

Dans cette même catégorie, je peux ranger aussi le maquillage que j’ai acheté ces derniers mois pour couvrir mon acné. Pareil que pour les cosmétiques, j’a fini par me rendre compte du côté contre productif de la chose, et cela fait maintenant une semaine que je n’en ai pas porté une seule fois (même pour aller travailler, je ne suis pas peu fière) et franchement : quelle libération !

Des jouets d’activité pour Litchi

Litchi est, et ce depuis sa stérilisation il y a 5 ans, en surpoids. Mais ce n’est pas faute d’essayer de changer son alimentation ou de la faire bouger : elle est tout simplement paresseuse, elle ne joue pas toute seule, et même quand on arrive à la motiver pour jouer avec nous, elle finit par se lasser très vite. À force d’entendre partout les gens culpabiliser les maîtres de chats en surpoids, j’ai fini par avoir mauvaise conscience et par acheter des jeux d’activité, basés sur les récompenses : balles qui sèment des croquettes quand on la bouge, arbre à croquettes, … tous des objets qu’elle a détesté et n’a quasiment jamais utilisé. Ses jouets préférés restent les ficelles, mes écouteurs de téléphone, les post-its froissés et les pâtes crues ! La vétérinaire de Litchi m’a aussi dit à la dernière visite que, certes cette demoiselle est bien en chaire, mais pas non plus à un point problématique, et que si c’est son caractère on ne peut pas faire grand chose non plus. Ses mots rassurants m’ont aidé à lâcher prise sur ce sujet aussi.


Voilà ma liste de la honte des objets qui, je l’espère, finiront bientôt donnés ou dans des boutiques de seconde main. Ces objets m’ont néanmoins donné une bonne leçon : ce n’est pas parce que tout le monde ne jure que par une chose qu’elle sera utile dans ma vie à moi. Dorénavant avant d’acheter, je prendrais plus le temps de visualiser le besoin qu’untel objet comble, quitte à aussi essayer de trouver des gens qui l’ont déjà, leur demander leur avis et pourquoi pas l’essayer chez eux si ils sont d’accord.

Ce qui n’empêchera pas non plus, j’en suis sûre, d’avoir des petits moments de craquages dans le future, mais que veut-on, la vie serait bien triste si elle était parfaite !

Et vous, avez vous des achats que vous avez regrettés ?

Quotidien Voyage

27 ans et lac de Constance

22 juillet 2018
Bateau à voile sur le lac de constance

Le premier Juillet dernier, c’était mon anniversaire ! Je suis née en 1991 et j’ai donc maintenant 27 ans. Et cette année, nous avons fêté mon anniversaire avec l’amoureux en toute simplicité : pas de cadeaux mais un week-end à deux pour se retrouver. Pour garder l’aspect un peu « surprise », la destination a été gardée secrète jusqu’à ce que l’on arrive dans les environs, et au début j’étais plutôt sûre que nous irions visiter la Forêt Noire. Mais bizarrement la veille du départ, j’ai eu comme une espèce d’intuition en pleine après-midi, je me suis dit « et si c’était le lac de Constance ? » comme quoi c’est bizarre comment on peut parfois avoir un espèce de « gut feeling » comme disent les anglophones, une pensée qui vient de nul part et qui finalement s’avère être la bonne ! Continue Reading

Quotidien

Un an sans contraception hormonale

8 juillet 2018

Arrêter la pilule a été une des meilleures choses que j’ai faite ces dernières années, et mes motivations originelles (que j’expliquais dans cet article) sont toujours très fortement ancrées en moi. Mais le titre de cet article est un peu trompeur car j’ai pris mon dernier petit cachet blanc en Mai 2017, et pour des raisons que je vais expliquer un peu plus tard dans cet article, j’ai pris un peu de recul en parler de nouveau ici. Car cette année passée, j’ai morflé. Et je pense pouvoir dire que je sors maintenant la tête de l’eau, même si j’ai toujours un peu peur de faire ce genre d’affirmation. Je pense avoir le recul nécessaire pour en parler. Alors aujourd’hui, on va parler de contraception, mais aussi de féminité, de santé et d’infertilité. Continue Reading

Quotidien

Podcasts #2

5 juillet 2018
Podcasts

Cette semaine, on parle de nouveau podcast ! J’ai reçu beaucoup de feedbacks positifs concernant le dernier article sur le sujet (si vous ne l’avez pas encore lu, c’est ici) et aussi beaucoup de propositions de podcasts / découvertes de votre part, ce qui m’a permis d’élargir ma liste de lecture, un grand merci ! Mon amour pour les podcasts a aussi grandi entre temps, et leur écoute s’est définitivement inscrite dans mon quotidien : dans la voiture, en faisant le ménage, ou juste pour se détendre avant le dodo …  Continue Reading

Quotidien

À mon niveau, que puis-je faire pour l’environnement ?

29 mai 2018

Au départ, je n’avais pas du tout prévu de faire un article sur l’environnement et l’écologie. Mais c’est en voyant l’actualité du moment qu’il m’est apparu comme une évidence. Dans ce contexte des états généraux de l’alimentation, il n’y a pas une journée sans que nous ne recevions des nouvelles négatives de l’assemblée nationale : deux jours auparavant, c’était la totalité des amendements au projet de loi en faveur du bien-être animal dans les exploitations qui était rejetée, cette nuit celui de l’inscription dans la loi de la sortie du glyphosate dans 3 ans. Continue Reading

Quotidien

Un air de printemps

8 avril 2018

Pour lire cet article, imaginez vous sur un balcon, les rayons du soleil qui chauffent votre peau, les oiseaux qui chantent, l’écho lointain des jeux des enfants dans le parc à quelques rues de là. Car c’est dans ces conditions que je vous écris aujourd’hui, la grisaille ayant subitement fait place à un beau soleil digne d’un mois de Juin dans le sud de l’Allemagne. J’en ai profité pour m’installer avec mon ordinateur à l’extérieur, car cette atmosphère me fait beaucoup de bien, et aussi pour y chercher l’imspiration. Continue Reading

Quotidien Voyage

Expatriée

13 mars 2018

Au cours des conversations que je peux avoir avec les personnes qui m’ont connu alors que je vivais en France, je sens parfois comme un décalage, une incompréhension. De fait, l’expatriation est, la plupart du temps pour eux, une grande inconnue. Continue Reading

Quotidien

Podcasts #1

16 février 2018

Ma passion pour les podcasts, tout comme celles pour les livres audios, ne datent pas de très longtemps. Au départ, c’est venu d’un constat : entre mes temps de trajets, le temps au bureau, celui que je passe sur le blog, … il ne me restait plus beaucoup de temps pour lire, découvrir, me documenter, et cela me pesait beaucoup. Continue Reading

Bonheurs

Les bonheurs de Janvier

28 janvier 2018

Ne plus partir au travail le matin de nuit, fini cette impression oppressante de métro / boulot / dodo quand le seul moment où on voit le soleil dans la journée, c’est à travers les vitres du bureau. Continue Reading