Voyage

Road-trip en Irlande

21 mai 2018

Comme vous le savez sûrement (j’étais tellement excitée que je crois en avoir parlé absolument partout autour de moi !), l’amoureux et moi avons passé trois semaines en road-trip en Avril / Mai, partagé à temps égal entre l’Irlande et l’Écosse. Ces deux destinations, j’en rêvais depuis des années, alors je vous laisse imaginer l’impatience que j’avais de les découvrir. Et même si je suis revenue en Allemagne depuis maintenant une semaine, j’ai encore du mal à atterrir et à me remettre dans mon quotidien tellement les images et l’atmosphère là-bas m’ont plu, et je n’ai qu’une hâte : partager tout cela avec vous !

J’ai choisi de diviser mon expérience en deux articles : un sur l’Irlande et l’autre sur l’Écosse. J’ai conscience que ça va peut-être faire des articles à rallonge et que j’aurais peut-être pu en faire plus, mais je ne veux pas non plus ne vous parler que de ça pendant des semaines, car j’ai encore beaucoup d’autres sujets que je voudrais aborder sur ce blog ! Voici donc la première partie : nos premiers 10 jours de voyage, à la découverte de Irlande 🇮🇪

Se rendre en Irlande

Il y a deux façons possibles de se rendre en Irlande : par la voie des airs ou celle de l’eau. C’est cette dernière que nous avons choisie avec l’amoureux, en embarquant sur le ferry Oscar Wilde de la compagnie Irish Ferries, trajet Cherbourg – Rosslare. Même si la traversée est longue (20 heures), elle s’effectue pendant la nuit et pour nous, ça avait le grand avantage que notre voiture soit aussi du voyage. Comme on voulait faire ce voyage sous la forme de road-trip, le coût du ferry était largement amorti par celui que nous aurions eu en louant une voiture sur place.

Attention par contre si vous voulez faire la même chose : soyez conscient que les Irlandais (comme les Britanniques) roulent à gauche, et que votre volant sera placé du mauvais côté. Mais ce n’est pas un si gros problème, d’ailleurs l’amoureux se sentait plus à l’aise avec sa voiture à lui que lorsqu’on avait loué une voiture avec le volant à droite en Afrique du Sud. La seule petite adaptation à faire est celle de la configuration des phares, qui se changent soit directement sur l’ordinateur de bord de la voiture (pour les récentes) ou par l’apposition d’un sticker (pour les plus anciennes) pour ne pas éblouir les autres conducteurs de nuit.

Cette première partie du voyage a été ma plus grande appréhension car je n’avais jamais voyagé sur un bateau avant, et j’avais très très peur d’être malade, surtout pour un voyage de 20h ! Mais au final, j’ai beaucoup aimé ce moment, particulièrement pouvoir observer la mer à perte de vue sur le pont, et même quand le ferry s’est mis à se balancer beaucoup plus en pleine nuit, je n’ai pas eu du tout la nausée, malgré que mon cerveau été très déstabilisé de ne pas pouvoir me faire marcher droit dans les couloirs.

Le Comté de Kerry

Après cette première aventure marine, il nous aura fallu trois heures supplémentaires en voiture pour rejoindre notre première étape, dans le Sud Ouest. Mais dès les premiers kilomètres nous étions déjà dans l’ambiance : les grandes plaines bien vertes remplies de moutons (et d’agneaux, car nous sommes arrivés peu après la saison des naissances), les routes très étroites qui nécessitent une attention de tous les instants car il y a de fortes chances derrière chaque virage de se retrouver face à un automobiliste arrêté, un mouton, ou encore des personnes âgées papotant au bord de la route … bref, bienvenue en Irlande ! Nous avons choisi de loger dans la ville de Killarney qui n’est certes pas la plus jolie de la région (quoi qu’elle se situe dans un très beau parc national) mais qui offre un point central pour pouvoir rayonner autour dans les nombreux endroits à visiter.

Les deux balades incontournables dans le coin sont le Ring of Kerry et la péninsule de Dingle : ce sont deux circuits d’un peu plus d’une centaines de kilomètres chacun, qui longent les côtes et passent par des endroits stratégiques historiques et touristiques. Nous avons fait ces deux circuits uniquement équipés d’une carte où nous repérions la veille les endroits que nous aimerions voir (à l’ancienne) pour nous permettre de prendre notre temps et de ne pas être restreint par un itinéraire précis. Ce qui m’a le plus surprise dans cette région, c’est l’alternance des paysages complètement différents : bois dense, plaines rocheuses ou vertes, falaises, … une vraie merveille pour les personnes aimant les grandes balades en pleine nature !

Où loger : nous sommes restés trois nuits à la Fuchsia House, un B&B cozy au charme un peu désuet, tenu par un jeune couple qui s’est mis littéralement en 4 pour nous proposer les meilleures sorties. Leur petit déjeuner maison est l’un des meilleurs que j’ai mangé en Irlande.

Où se restaurer : on ne va pas se mentir, pendant ces trois premiers jours, nous avons eu un temps de chien : du brouillard, du froid, de la pluie … ce qui nous a poussé à rechercher des pubs bien douillets pour manger le midi (et sécher nos imperméables). Un endroit qui m’a marqué, c’est le Fishermen’s Bar, à Waterville : un bar un peu caché dans une rue adjacente mais une super cuisine peu onéreuse, décoration cozy et une cheminée pour réchauffer nos doigts de pied engourdis !

Le Connemara

Mon guide du routard disait « le Connemara est comme une grosse éponge » et il ne pouvait pas dire plus vrai. Les paysages de cette région sont une alternance de tourbière et de lacs, avec quand on s’arrête au bord d’une route, il n’est pas rare d’y découvrir de minuscules cours d’eau qui se faufilent un peu partout. C’est la région que j’ai préférée en Irlande, car elle dégage quelque chose de sauvage et mystérieux à la fois. Le genre d’endroits où on s’attendrait presque à voir une petite fée surgir de derrière chaque arbre ou muret en pierre. Nous n’avions prévu qu’une journée entière dans notre road-trip pour cet endroit (et j’avais failli annuler l’étape au dernier moment, malheureuse que je suis !) mais si c’était à refaire, j’y resterais bien plus longtemps !

Le temps étant meilleur, nous avons profité pour faire de la randonnée là-bas, en particulier dans le parc national du Connemara. L’entrée y est gratuite et les chemins balisés, ce qui est fort pratique pour ne pas se retrouver à marcher dans la tourbière par accident (ce que personne ne veut, on est d’accord). Cette étape a été essentielle pour moi pour déconnecter, en plein milieu de cette nature préservée, pouvoir s’arrêter n’importe où pour se poser et écouter la nature autour de nous, savoir qu’ici nous ne sommes pas chez nous mais chez elle.

Où loger : nous avons passés deux nuits au B&B Rockmount House, une maison toute simple et à 5 minutes de route de Clifden mais qui se situe directement sur la fameuse Sky Road qui longe les falaises, avec vue sur la baie de notre chambre. La propriété a aussi un chemin privé qui mène aux falaises. Si vous voulez séjourner dans la région, je vous la recommande !

Où se restaurer : à Clifden, nous n’avons mangé qu’à un seul endroit tellement il nous a plu : le Guys’ Bar, un pub avec une façade peu engageante mais qui vaut tellement le coup une fois à l’intérieur : ambiance cozy, vraie cuisine végétarienne à la carte et musiciens certains soirs !

Dublin

Je ne sais pas si c’est car le temps n’y étaient pas très clément, si c’est parce que j’étais malade (un bon coup de froid que je trainais depuis le Kerry mais qui s’est intensifié pendant les trois jours dans la capitale), mais j’ai l’impression de ne pas avoir apprécié Dublin autant que ceux qui me l’avait recommandé.

Pourtant cette ville a un charme certain : elle est animée, culturelle (avec beaucoup de musées, bibliothèques, …) et je suis sûre que c’est une ville dans laquelle il y fait bon vivre pour les personnes qui aiment les environnements citadins et dynamiques. Mais ni moi ni l’amoureux n’avons eu de gros coup de coeur.

Nous en retirons néanmoins de beaux souvenirs , et il y a des endroits de cette ville que j’ai particulièrement aimé : le parc Saint Stephen’s Green, le Trinity College, surtout pour son énorme bibliothèque ancienne qui sent bon le vieux papier, la bibliothèque Cheaster-Beatty, et à quelques kilomètres au sud de la ville, la vallée de Glendalough avec son ancien monastère, cimetière et ses sentiers en forêt.

Où loger : nous avons passés trois nuits à l’hotel Sandymount, un établissement qui était bien placé, certes, mais qui n’a pas été non plus (décidément) un gros coup de coeur pour moi.

Où se restaurer : Un restaurant que j’ai particulièrement aimé, c’est le Hatch and Sons. Il se situe à côté du parc Saint Stephen’s Green, en sous sol d’une jolie maison. La carte est courte, la nourriture simple (soupes, sandwiches et patisserie maison) et le décor m’a fait pensé à la cuisine de ma grand-mère : tables en bois, couverts vintages et dispâratres, et un fourneau central à l’ancienne.

Belfast

Cette étape d’une journée, je la souhaitais pour des raisons historiques plutôt que pour voir des belles choses. Mes connaissances sur l’histoire britannique se résument qu’à la section du Routard sur ce sujet ainsi qu’à la série Outlander, je ne voulais donc pas rater cette occasion en or d’en connaître un peu plus sur les lieux même du conflit Nord Irlandais. Nous avons donc réservé une visite guidée de la ville, et avons eu la bonne surprise de nous voir expliquer cette période par quelqu’un qui a vécu les faits étant enfant / adolescent et dont le travail actuel est médiateur entre les deux communautés, qui quoi que pacifistes maintenant, existent toujours.

Je recommanderais d’ailleurs aux personnes qui visitent la ville et sont intéressés par son aspect historique de faire une telle visite guidée, car beaucoup des endroits importants pendant le conflit n’existe plus aujourd’hui, à peine commémorés par de minuscules plaques lorsqu’ils n’ont pas tout simplement disparu, effacés des rues mais non des mémoires. Notre guide avait sur lui un iPad avec des photos d’époques, qui nous ont aidés à nous remettre dans le contexte d’époque.

En bons touristes, nous avons passé l’après-midi au Titanic Belfast, le musée / monument commémoratif dédié au célèbre bateau et à son naufrage, mais pas seulement : la première partie de la visite est dédiée au Belfast de l’époque et à la vie de ses habitants. Malgré que le ticket soit un peu cher, je pense que ce temps a été très bien investi, d’autant plus que, surprise, il pleuvait ce jour là 😉 !

Où loger : j’étais un peu dubitative quand j’ai vu que mon guide du Routard conseillait de réserver au Holiday Inn de Belfast, car je n’avais pas toujours entendu du bien de cette chaîne. Mais je confirme : celui de Belfast est vraiment top, c’est ici que nous avons eu le meilleur lit de notre voyage, il est extrêmement bien placé, et a un partenariat avec le parking d’en face, accessible pour 8€.

Où se restaurer : à deux pas de cet hôtel se situe le bar The Crown Liquor Saloon, l’un des plus vieux bars de Belfast. Il faut s’armer de patience pour obtenir une place au comptoir ou dans un box car le bar est victime de sa popularité, mais le décor vaut tellement le détour. Ils assurent aussi la restauration à l’étage, quelques plats peu onéreux mais une cuisine tout à fait honnête !

Ce que je retiens de cette visite

Je pense que vous l’aurez compris, j’ai adoré l’Irlande ! J’avais un peu peur d’être déçue car, quand on attend quelque chose avec impatience depuis plusieurs années, c’est toujours un risque de l’idéaliser mais ce ne fût pas le cas. J’ai trouvé en Irlande des paysages magnifiques, des gens chaleureux, une histoire et un folklore vraiment fascinant.

Je crois que je n’ai jamais autant mangé de porridge qu’en Irlande (c’est déjà mon petit déjeuner préféré alors là-bas où il est servi dans chaque hotel ou B&B, j’étais heureuse !) et autant de soupes, car c’est un classique de la cuisine de pub, la fameuse soup of the day servie avec du brown bread (une merveille), souvent le plat le moins cher de la carte mais garanti de saison, qui rassasie bien et réchauffe après une randonnée dans le froid !

Et en parlant des pubs, c’est vraiment une partie de la culture irlandaise que j’ai appréciée, non pas pour les boissons qui y sont servies (je ne bois quasiment jamais d’alcool, mais j’ai fait une cure de chocolats chauds avec marshmallows) mais pour leurs ambiances et leurs atmosphères chaleureuses. La nourriture y est en général peu chère mais très gourmande, donc pour les budgets les plus restreints, c’est un très bon plan. Et nous avons plusieurs fois pu y écouter jouer en live des artistes locaux, cela restera un de mes plus beaux souvenirs ♡

Ce que j’aurais fait différemment

Comme je vous le mentionnais plus haut, je pense que j’aurais passé plus de temps dans le Connemara, car c’est la région qui m’a le plus plue. Comme nous n’avons pas visité le nord-ouest du pays (qui comprend la fameuse Chaussée des Géants), je pense que cela pourrait faire une bonne idée pour un second séjour dans ce pays, en cumulant ces deux régions.

J’aurais aussi définitivement pris plus de vêtements chauds, ma valise manquait d’un ou deux pulls épais et je n’aurais pas non plus dit non à un leggings anti-froid. J’avais heureusement pris quelques paires de chaussettes d’hiver, elles sont devenues mes meilleures amies pendant ce séjour. Leçon apprise : ne pas sous-estimer les clichés, il fait vraiment froid au printemps irlandais !

Enfin, j’aurais du emmener du répulsif à insectes et un tire-tique. Cela peut sembler bête mais je n’avais pas pensé que dans un pays avec tant de moutons, il pourrait possiblement y avoir des tiques (et pourtant je viens de la campagne, honte sur moi), et j’en ai attrapé une le premier jour … heureusement pas d’infection mais je n’ai pas fait la maligne sur le coup. Et au final, ça fait des anecdotes à raconter : ayant demandé au propriétaire du B&B de Killarney si il avait un tire-tique (qu’il n’avait pas malheureusement), il a passé 20 minutes avec nous ce soir là à regarder des vidéos Youtube pour élaborer la meilleure tactique pour retirer en toute sécurité cette petite bête de mon mollet, avant de me proposer de désinfecter … avec du whiskey ! Et il nous a même offert le reste de la bouteille pour nous remettre de cette aventure. Nous n’avons décidément rencontré dans ce pays que des gens adorables !

Merci de m’avoir lu.

Et vous, avez vous déjà visité l’Irlande ? Ce pays vous attire-il ?

You Might Also Like

6 Comments

  • Reply Laure 21 mai 2018 at 18 h 17 min

    Très bel article qui me donne envie d’être en Juillet et de partir à mon tour visiter ce coin de l’Irlande que je ne connais pas, en particulier le Connemara et les falaises de Moher ! J’hésite encore pour Dingle car nous logerons à Galway et ça fait un peu de chemin en plus.. A voir ! Je n’ai pu m’empêcher d’esquisser un sourire quand tu as parlé de porridge, c’est en allant au Pays de Galles que j’en ai mangé le plus et c’était un tel délice ! Au plaisir de lire ton article sur l’Écosse, des bisous !

    • Reply Élodie 22 mai 2018 at 13 h 17 min

      Merci Laure ! J’avoue que ce n’est pas facile de choisir, le Connemara est magnifique, Galway est une ville hyper dynamique avec des musiciens de rue à chaque croisement, et j’ai entendu dire que le Comté de Mayo est aussi une merveille (au nord du Connemara). Dingle, c’est un autre type de paysage, moins accidenté, plus marin, moi cela m’a fait un peu penser à la Bretagne. Dans tous les cas, je te souhaite d’y avoir un séjour aussi agréable que le mien fût !

  • Reply ifeelblue 22 mai 2018 at 11 h 18 min

    Je rêve de partir en Ecosse et j’avoue que l’Irlande m’attire moins… mais tu m’as donné envie d’y aller, là 😉

    • Reply Élodie 22 mai 2018 at 12 h 53 min

      Je t’avoue que j’ai aimé les deux mais j’ai préféré les villes d’Écosse ! Rendez-vous bientôt dans l’article sur l’Écosse pour en savoir plus 😉

  • Reply Milène 23 mai 2018 at 9 h 47 min

    Quel article !!
    Les quelques paysages en bord de mer me font un peu penser à l’Islande … mais avec moins de couleurs.
    Bon quand je pense à l’Irlande c’est évidemment le vert qui me vient en tête alors bon ! ^^
    Je pense que comme toi, je préférerai me perdre dans la nature irlandaise au milieu des moutons plutôt que dans les grandes villes… malgré le charme de Dublin !
    Hâte de découvrir ton trip en Ecosse ! 🙂

    • Reply Élodie 25 mai 2018 at 16 h 52 min

      Merci Milène ! Je vais surement posté un ou deux articles entre les deux mais tu sauras quand celui de l’Écosse sera prêt 😉

    Leave a Reply

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.